29.09.2015 Géraldine Florin, Acheteuse senior et Trade Marketeur aux Galeries Lafayette

Partager ce post : Facebook Twitter
Geraldine florin acheteuse senior et trade marketeur aux galeries lafayette

Acheteuse senior et Trade Marketeur aux Galeries Lafayette depuis sept ans, Géraldine Florin soutient tout particulièrement la jeune création. Pour Traffic, elle dévoile son regard sur l’univers de la mode, et ses transformations...


Comment voyez-vous l’évolution de la mode ?

Le secteur est beaucoup plus complexe. La mondialisation, le digital, les différentes formes de production (notamment la fast-fashion), ont bousculé cet univers. On a désormais accès à toute la mode et à tout instant, ce qui a qui a transformé les comportements. Les consommatrices sont plus informées qu’auparavant, plus exigeantes aussi. En revanche, et c’est un aspect très positif, il n’y a jamais eu autant d’envie de mode. Une mode associée à la liberté, à l’épanouissement, à une façon d’être soi. Avec cette idée qu’il y a aujourd’hui tellement de courants et de tendances que tout le monde peut y trouver son identité.


Quels sont les principaux problèmes des marques aujourd’hui ?

La question majeure, aujourd’hui, est de prendre sa place dans cette offre pléthorique, notamment pour les jeunes créateurs et les jeunes maisons. L’essentiel est de se démarquer et, pour cela, d’apporter un style identitaire, et la qualité du produit reste essentielle. Et on ne peut se passer de communication, ce qui constitue un problème pour les jeunes créateurs qui ont du mal à émerger, face aux grands groupes ultra présents dans les médias, et une communication dans sur les réseaux sociaux tentaculaire, mais incontournable.

Face aussi à une fast fashion ultra active, qui propose en six semaines ce que les designers indépendants mettent six mois à créer. La solution passe par une éducation des consommatrices, très informées mais pas toujours éduquées, et la création d’un lien, d’une émotion avec les consommatrices. Elles connaissent les produits mais pas forcément leur fabrication, leur histoire, leur patrimoine. Et pourtant, elles sont de plus en plus demandeuses.


Comment peuvent-elles agir ?

La pertinence du produit fait d’abord la différence. Elles doivent creuser leur style, le rendre manifeste, indépendamment de la saison et des tendances. Elles doivent pour cela jouer avec une coupe, une couleur, un print, tout en respectant leur ADN. Et puis, il faut aussi concevoir une information de qualité, construite autour du sens, de la qualité, de l’authenticité. Le commerce local et durable est par exemple aujourd’hui plébiscité. Les consommatrices ont envie de traçabilité. Et si elles renoncent à la fast fashion, elles doivent trouver une valeur ajoutée dans une mode différente : des valeurs, le respect des hommes et de la fabrication.


Comment voyez-vous l’avenir de la mode ?

Il passera, selon moi, par un retour aux vraies matières et aux vrais produits. Les clientes ont un désir de proximité, de transparence avec le produit et celui qui l’a fait. Elles cherchent également une personnalisation et une singularité : des initiales sur une pièce, un sac, des éditions limitées, des collaborations inédites. Et un territoire émotionnel propre, à raconter. Et à partager...



Les Galeries Lafayette sont partenaires de TRAFFIC.


Retrouvez les Galeries Lafayette dans le programme des conférences :

Comment affirmer son territoire de marque ? le jeudi 05 novembre à 11h30 à l'espace Conférences.


Retour liste

Please enlarge your screen or rotate your device